Vos favoris ...

Ajoutez ici vos pages et services favoris pour vos prochaines visites sur le site

de la Ville de Rombas.

favoris vers la tour de drinceAjoutez cette page à vos favoris

Mairie de Rombas
Place de l'Hôtel de Ville - 57120 ROMBAS
Tél : 03 87 67 92 20
Fax : 03 87 67 92 21
Courriel : accueil@rombas.com

Horaires d'ouverture :
Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00. lundi, mardi vendredi de 13h30 à 17h00, mercredi de 14h00 à 17h00, jeudi de 13h30 à 19h00, fermée le samedi.

Rombas en images
ville1
Panorama de Rombas
ville2
Centre ville
ville3
Médiathèque
ville4
Espace Culturel

La Tour de Drince

Tour de DrincePerchée à 389 mètres sur la colline du même nom, la tour de Drince domine la ville de Rombas.

Les origines de cette tour remontent à près d’un siècle quand notre ville s’appelait ROMBACH et faisait partie du Reichsland d’Alsace Lorraine.
Au fil des années et surtout des événements tragiques qui ont bouleversé notre région, l’histoire de la tour a été oubliée.


Une étude récente intitulée “ La colline de Drince, tour et détours” a permis de la faire revivre. Ce travail de recherche peut être consulté à la Médiathèque "la Pléiade", 2A, Grand'Rue à Rombas ( www.mediatheque-rombas.fr )

La tour de Drince est l’oeuvre de la section de Rombas du Club Vosgien.

C’est le 17 décembre 1900 que la section envisage la construction d’une tour sur le sommet de la colline de Drince pour permettre aux promeneurs d’avoir une vue étendue sur la vallée.

En 1904, 12 ares de terrain sont achetés à un vigneron de Pierrevillers. Ce terrain est déboisé en 1905, et faute de moyens financiers, la construction d’une tour provisoire est envisagée en 1906.
C’est au début juillet 1907 que la première tour de Drince est construite d’après les plans de l’ingénieur Schneider. Il s’agit d’une construction rudimentaire en bois qui s’élève à 25 mètres au dessus du sol. Du sommet de la tour, on peut observer les frontières du Luxembourg, de la Belgique et .... de la France à quelques pas.
Dès les premiers jours de la Première Guerre Mondiale, cette tour en bois est détruite par l’armée allemande, une indemnisation étant promise au Club Vosgien qui est malheureusement dissous à la libération en 1918.
C’est en 1929 que renaît une section du Club Vosgien dans la vallée de l’Orne.

En 1930 la section obtient une indemnisation de 11.000 francs au titre des dommages de guerre, mais cette somme est insuffisante pour ériger une tour que le Club Vosgien souhaitait reconstruire en fer.
L’entreprise de construction mécanique Jost et Collot Frères d’Amnéville propose la construction d’une tour de 25 mètres pour 30.000 francs.
Pour réunir les fonds, la section locale fait appel aux autres sections, aux parlementaires, industriels, commerçants et organise une tombola le 5 mai 1932. Les fonds enfin réunis, la fabrication de la tour est terminée en atelier le 5 août.
Les 16 tonnes de charpente en fer sont acheminées en 8 jours par un charretier à l’emplacement de la tour précédente.
La nouvelle tour de Drince est inaugurée le 11 septembre 1932, sous la présidence de M. Marcilly, Chef de Cabinet du Sous-Préfet de Metz-Campagne.
C’est à 22 mètres du sol qu’est située la première plate-forme. On y accède par un escalier à 10 paliers de 10 marches. Une deuxième plate-forme, accessible par un onzième palier de 10 marches s’élève à 24,20 mètres. Au niveau du garde corps de la dernière plate-forme, la tour a une hauteur de 25 mètres. Du sommet, on peut voir à 80 Km par temps clair, les Ardennes, le Luxembourg et la Belgique les côtes de Meuse et la tour des Morts haute de 46 mètres à Douaumont.

Après 50 ans, en 1982, les frais d’entretien de la tour devenant trop importants, le Club Vosgien cède l’ouvrage ainsi que la parcelle de terrain à la ville de Rombas.
Durant l'été 2000, une équipe spécialisée a remis en état et a remplacé escaliers, piliers et câbles d'amarrage. L'ensemble de la structure nettoyée, les trois couches de peinture redonnent un coup de jeune à cette vénérable dame de fer.

Construite avec l’acier produit par l’usine de Rombas aujourd’hui disparue, la tour de Drince est le témoin, comme la tour Eiffel, du savoir-faire de la sidérurgie lorraine.

Envoyer vers Wikio Envoyer vers Facebook Envoyer vers Google Envoyer vers Netvibes Envoyer vers delicious

Retour haut de page